Guide pratique des extensions de domaine

L’un des piliers fondamentaux de tout projet en ligne est le nom de domaine. Cependant, des milliers d’extensions sont disponibles aujourd’hui : .eu, .cool, .pro… Alors, laquelle choisir ? Nous allons vous expliquer brièvement les différences entre les différents types de domaines afin que vous puissiez mieux élaborer votre stratégie.

Il y a quelques années, le nombre d’extensions de domaines était encore limité : seules .com, .org, .net et quelques rares autres étaient disponibles. Ces contraintes provoquaient un certain engorgement des pages web, car de nombreux noms étaient toujours occupés.

C’est pourquoi l’ICANN (l’autorité responsable de l’attribution de noms d’internet) a lancé un programme de nouveaux domaines génériques qui a introduit graduellement des centaines d’extensions. Nous vous expliquons ici leur classement et les aspects à prendre en compte avant de les enregistrer afin que vous puissiez transmettre une image conforme à votre activité.

Qu’est-ce qu’une extension de domaine ?

La dernière partie de l’adresse d’une page web reçoit souvent l’appellation technique de domaine de premier niveau et est souvent abrégée avec le sigle anglais TLD. Et cette particule qui vient donc après le dernier point est communément appelée extension de domaine.

Autrement dit, le nom de domaine qu’un utilisateur saisit dans la barre d’adresse (par exemple ubilibet.consulting) est composé du nom de la marque ou du domaine de deuxième niveau (Ubilibet) ainsi que du TLD ou extension de domaine (.consulting).

Depuis que l’ICANN a présenté le programme de nouveaux domaines en 2011, de nombreuses organisations et professionnels ont proposé les TLD les plus variés. Le nombre d’extensions a donc augmenté de façon spectaculaire jusqu’à dépasser les 1 500 en 2020. Cette liste vous permettra de consulter celles qui ont été approuvées à cette date.

Types d’extensions de domaine

Les domaines de premier niveau sont divisés en plusieurs catégories. D’un point de vue commercial, en voici les deux principaux groupes :

1. Domaines de premier niveau génériques

Composés de 3 lettres, les domaines génériques (gTLD) dépendent directement de l’ICANN ou d’entités collaboratrices. À l’origine, un domaine ou un autre était attribué selon l’objectif de la page. Or aujourd’hui, la plupart d’entre eux peuvent être réservés sans restrictions. Il existe toutefois encore quelques sous-catégories :

  • Domaines génériques sans restrictions : ils peuvent être utilisés par n’importe qui et dans n’importe quel but. Exemples : .com, .net et .org.
  • Domaines génériques sponsorisés : il s’agit d’un type de domaine spécialisé, promu par une institution publique ou privée en représentation d’un groupe (ethnique, géographique, professionnel ou technique, etc.). Par conséquent, il ne peut être utilisé que dans un but précis voire, dans certains cas, uniquement par les membres de ce groupe. Exemples : .aero, .edu.

2. Domaines de premier niveau géographiques

Les domaines géographiques (ccTLD) sont des codes à deux lettres attribués à chaque pays ou territoire dépendant ; par exemple, .es (Espagne), .fr (France) ou .it (Italie).

Le fait que votre entreprise soit basée dans un pays ne vous oblige pas à utiliser cette extension de domaine. Toutefois, les extensions géographiques peuvent être très utiles pour l’internationalisation d’une marque, car les clients sauront ainsi clairement sur quel site web ils se trouvent.

Précisons ici que certaines extensions de pays (telles que .co de la Colombie) ou .tv (de Tuvalu) sont souvent utilisées à d’autres fins dans la communauté en ligne du monde entier.

À quoi sert chaque extension de domaine ?

L’extension .com a beau toujours concentrer la majorité des enregistrements de domaines, les nouvelles extensions sont de plus en plus populaires auprès des professionnels et entreprises qui les utilisent pour consolider leurs marques et diffuser plus facilement leurs offres en ligne.

Il ne s’agit là que de quelques exemples du sens général prêté aux extensions utilisées le plus couramment de nos jours :

  • .com (utilisation commerciale générale) ;
  • .net (réseaux et fournisseurs d’accès à internet, projets numériques, etc.) ;
  • .org (associations et organismes à but non lucratif) ;
  • .biz (entreprises) ;
  • .guru, .pro (professionnels) ;
  • .me, .name, .blog (blogueurs, créateurs de contenu) ;
  • .tech, .ai, .app, .cloud, .solutions, .io (entreprises technologiques) ;
  • .paris, .madrid (événements, entreprises ou particuliers liés à ces villes) ;
  • .bike, .football, .golf (sports) ;
  • .shop, .bar, .restaurant, .pizza (commerces) ;
  • .photography, .consulting (activités professionnelles) ;
  • .eco, .organic (environnement) ;
  • .porn, .xxx (contenu pour adultes).

Comment choisir l’extension de domaine adéquate

Devant un tel éventail de domaines, prendre une décision n’a rien d’aisé. Cependant, le fait qu’une extension corresponde à votre page web ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit du meilleur choix.

En général, pour la page web principale, il est recommandé d’opter pour l’une des extensions les plus courantes. En effet, si quelqu’un se souvient de votre nom, mais pas de l’extension, il essaiera probablement les extensions .com, .net ou .fr : donc, si vous n’avez qu’un TLD « original », il y a de fortes chances qu’on ne vous retrouve pas.

Créer un portefeuille de domaines

Une bonne pratique pour gérer l’image de la marque est d’enregistrer le domaine choisi et de réserver en même temps toutes les extensions liées afin de les rediriger vers le premier domaine.

Cette stratégie comporte plusieurs avantages :

  1. si quelqu’un saisit une mauvaise adresse, il arrivera quand même sur la page ;
  2. vous empêcherez ainsi vos concurrents d’utiliser votre nom avec une autre extension ;
  3. l’enregistrement de domaines locaux (avec l’extension de la région ou du pays de l’utilisateur), tels que .eus ou .paris, peut vous aider à vous positionner sur le web, car Google leur donnera la préférence dans les recherches locales.

Ubilibet est une société de conseil avec plus de 20 ans d’expérience dans la protection et la surveillance de marques online. Notre équipe pluridisciplinaire peut vous aider à repérer les extensions les plus intéressantes, ainsi que celles potentiellement préjudiciables, à les réserver et à vous tenir au courant chaque fois qu’une nouvelle extension sera publiée, afin que vous puissiez l’enregistrer avant que le grand public n’y ait accès. Si vous avez un doute sur la gestion d’un portefeuille de domaines en ligne, veuillez nous contacter : nous nous ferons un plaisir de vous apporter la solution.

Retour haut de page